Envoyer à un ami

Changer la taille

  • 12
  • 14
  • 16
  • 18

Ecouter le texte

Connexion


Vous n'avez pas
encore de compte ?

Inscrivez-vous et personnalisez votre espace personnel en cliquant sur le lien suivant :

Créer un compte

Pour rappel, Les Champs Libres seront fermés le dimanche 20 avril (dimanche de Pâques).

LES CHAMPS LIBRES  Portail des Champs Libres      Les Champs Libres      Qui sommes-nous ?    Le bâtiment

Le bâtiment

Christian de Portzamparc

Interview de Christian de Portzamparc, architecte des Champs Libres

Une signature contemporaine

Le programme est constitué de trois institutions : le Musée de Bretagne, la Bibliothèque et l'Espace des sciences.

Lors du concours, en 1993, ces institutions qui étaient très actives dans la ville avaient chacune pignon sur rue mais étaient indépendantes. L'idée d'Edmond Hervé (Maire de Rennes et Président de Rennes Métropole de l'époque) de réunir ces trois pôles éducatifs en un même lieu était magnifique. C'était créer une synergie, mélanger les publics, les cultures et les savoirs de façon stimulante.

Elle m'apparaissait aussi comporter un risque : chacune pouvait y perdre son image, se fondre dans un grand container "bureaucratisé".

Pour répondre à ce risque, face à ce programme triple, je me suis donné une règle : Il fallait que dans le projet, les trois institutions soient immédiatement lisibles et perceptibles de l'extérieur. En d'autres termes, on ne devait pas les fondre dans une même valise ou dans une grande boîte où il y aurait des étages de la Bibliothèque, des étages de musée et de centre scientifique. Je pensais que ces institutions aimeraient être identifiées physiquement.


La deuxième question qui se présentait était celle du site, lieu de l'ancienne gare routière. Le terrain des Champs Libres borde l'esplanade Charles de Gaulle, ancienne place d'armes, qui était devenue un immense parking et champ forain, tandis que le quartier neuf du Colombier avait pris place dans les vastes terrains de l'ancienne garnison militaire. En face du terrain et de l'esplanade, l'immeuble de la sécurité sociale est une tour assez lourde et au-delà, le bâtiment du "Liberté" est un beau volume. Le nouveau projet se devait de transformer ici la donnée urbaine.

Le projet devait redonner le sentiment d'une place pour l'esplanade afin de ne pas laisser exister cette impression d'un parking triste : grande place utile pour les manifestations annuelles et répondant sur cette rive de la Vilaine au fameux assemblage des deux places de la Mairie et du Parlement de Bretagne dans le centre ancien. Il fallait donc que le futur bâtiment des Champs Libres contribue à border cette esplanade, à donner présence à ce vaste vide urbain.

Intelligence du bâtiment : des équipements en échos
Comment séparer et unifier en même temps, créer un tout avec trois éléments distincts et différents? Comment initier la création d'une place?

 

Structure des Champs Libres
Structure métallique des Champs Libres © Atelier de Portzamparc - GTB - SMB44

Il fallait libérer beaucoup de lieux de vie publique et d'expositions temporaires au rez-de-chaussée. Le Musée de Bretagne devait, pour bien fonctionner et recevoir une muséographie encore inconnue, former une séquence d'exposition sur un même niveau horizontal : il a donc pris la forme d'une plaque horizontale, flottant au-dessus du rez-de-chaussée, un grand volume pur posé sur pilotis, qui semble comme en lévitation sur l'esplanade et en dessine un bord. Ensuite, deux bâtiments traversent de bas en haut ce volume du Musée.

L'Espace des sciences, dont le volume est conique parce que sa salle la plus grande doit être au rez-de-chaussée, est dominé par son planétarium sphérique au sommet.

Et la Bibliothèque, qui peut être réduite au niveau du sol, lieu de l'accueil et du "prêtretour", s'évase en montant vers le ciel. Les bureaux des conservateurs sont installés sur la plaque du Musée en arrière des grands volumes, chaque service se trouvant à proximité de ses salles, lié à elles par une galerie.

Des matériaux ancrés dans une région

Dans les maquettes d'origine, l'ensemble était blanc, mais j'avais l'intention de différencier les couleurs et les matières des trois objets architecturaux. Je ne voulais pourtant pas poser un "OVNI", un bâtiment sans aucune attache à la ville. Ce sont les matériaux et couleurs proposés à Rennes qui m'ont alors orienté. Tout d'abord le schiste rouge qui marque l'Ille et Vilaine.

Je voulais que la grande table, le dolmen du Musée de Bretagne, soit de nature minérale. J'ai beaucoup travaillé sur le béton, dessinant des reliefs que nous avons ensuite travaillés en maquette, avec le sculpteur Martin Wallace.
Nous avons travaillé avec l'entreprise EPI des sablages et des agrégats différents aléatoirement, de couleur gris et rose. Nous avons travaillé à partir de deux moules seulement, avec des idées de lignes, de failles, de fissures comme dans une plaque tectonique qui traversent les joints des panneaux, les associant entre eux sur l'ensemble de la paroi, sans jouer le thème de la répétition.

Au final, on ne voit pas qu'il n'y a que deux modules. J'avais par ailleurs gardé l'idée que la Bibliothèque serait en verre et aluminium laqué blanc. Enfin il fallait, pour l'Espace des sciences, un matériau qui puisse couvrir à la fois le cône et la sphère. C'est donc les écailles de zinc sombre, anthracite, qui se sont imposées avec le plus de facilité.

Un bâtiment ouvert sur la ville


Les Champs Libres

La géométrie rectangulaire du Musée participe à la nouvelle écriture de la future place publique. L'ensemble a un caractère évidemment distinct et nouveau dans ce quartier de Rennes. Par l'introduction des formes souples de la Bibliothèque et et de l'Espace des sciences, il se délie, se détache des bâtiments traditionnels en bordure du terrain. Mais en même temps il s'y rattache par les couleurs et les matières mises en place : la couleur rose qui renvoie au schiste et le zinc sombre qui rappelle l'ardoise, typique des constructions en Bretagne.
Elizabeth de Portzamparc a conçu la muséographie sans cloisonner le plateau traversé par ces deux bâtiments qui deviennent les repères d'un parcours ouvert, tel une promenade dans la ville.

Ce parti d'ouverture diffère de la plupart des projets de muséographie qui enferment l'espace. Elle s'inspire de la morphologie urbaine pour proposer les scénographies correspondant aux différentes époques de l'histoire. Les périodes les plus anciennes sont installées dans une succession de grandes boîtes de formes et dimensions diverses autour d'espaces vides, évoquant des bâtiments et des places. Les périodes suivantes sont évoquées par l'idée d'une rue.

Dossier_presse_ouverture__LCL.pdf

Pour lire l'interview complète, téléchargez le dossier de presse.

1.4 M

Commentaires

[2]
perrine et lea03 juin 2013 13h59

c'est qui l'auteur

Collège Stjo19 mars 2013 08h48

C'est qui l'auteur du site? :)

Ajouter un commentaire


* - champ obligatoire


à la une

Exposition Tendencies

Nos réseaux sociaux

Dans les blogs

  • Blog Culture : Carnet Breton

    Blogueur, photographe et poète, Toni Fleuter vous emmène à Fougères, en Bretagne. Retrouvez les Blogs Culture sur...



Nos vidéos

Venir aux Champs Libres

Adresse

10 cours des Alliés

35000 Rennes, France

Téléphone

02 23 40 66 00

Métro : Charles de Gaulle

Horaires

- mardi de 12h à 21h

- mercredi, jeudi et vendredi de 12h à 19h

- samedi et dimanche de 14h à 19h

- fermeture les lundis et jours fériés

Plan d'accès

 

Les Champs Libres sur les réseaux

Les Champs Libres sur les réseaux