Aller au contenu principal
Dans Luanda-Kinshasa, l’artiste canadien Stan Douglas, photographe et cinéaste internationalement reconnu pour ses installations vidéo, met en scène un enregistrement fictif, dans un décor qui reconstitue jusque dans les moindres détails le studio de la Columbia Records, à New York.

Installé dans une église arménienne désaffectée sur la 30e rue, le studio était apprécié par des artistes de tous horizons : Leonard Bernstein, Johnny Cash, Aretha Franklin ou encore Charles Mingus. Il a accueilli entre 1949 et 1981 certains des enregistrements les plus fameux du 20e siècle : Kind of blue de Miles Davis (1959), Highway 61 revisited de Bob Dylan (1965) et The Wall de Pink Floyd (1979), figurant parmi les disques fondateurs enregistrés à "The Church". Stan Douglas a travaillé à plusieurs reprises sur les racines africaines de la scène musicale new-yorkaise du début des années 70. Des influences musicales étrangères et une affinité avec l'afrobeat sont clairement identifiables dans le studio reconstitué ici, de même qu'un intérêt marqué pour la fusion des sons et des genres. Luanda-Kinshasa s'inspire du portrait des Rolling Stones enregistrant leur tube Sympathy for the Devil (Sympathy for the Devil, 1968) filmé par Jean-Luc Godard. Le film est connu pour mêler des plans du groupe enregistrant et réenregistrant des passages du morceau, avec à première vue sans rapport, des coupes sur des militants des Black Panthers. La confrontation des deux univers abouti à une métaphore du climat politique de l'époque.

Exposition. Du mardi 10 octobre 2017 au dimanche 7 janvier 2018, Les Champs Libres, salle Anita Conti, 10, cours des Alliés, Rennes. Gratuit. Contact : 02 23 40 66 00, http://www.leschampslibres.fr

En savoir plus


Source des données : Infolocale. Pour annoncer vos évènements dans cette base, rendez-vous sur www.infolocale.fr.