Si l’on nous voyait, documente une jeunesse française au moment où, aux alentours de la vingtaine, on quitte le domicile familial et de nouvelles libertés apparaissent.
Ce projet, commencé avec un appareil argentique ayant tout d'un jouet, et terminé avec un smartphone, a été réalisé sur trois années. L'histoire se déroule en Bretagne et parfois ailleurs, mais cela a peu d'importance. Elle se passe à un moment décisif d'une vie, aux alentours de la vingtaine, quand on entame des études supérieures et que l'on quitte le domicile familial. Être le seul maître à bord et commencer à ne rendre des comptes qu'à sa propre conscience. On devient soi-même et on se construit, on se rend compte que tellement de choses sont possibles. On se lance, pour le meilleur et pour le pire. Loin des regards de tous, cette histoire est une pièce de théâtre vieille comme le monde. Celle où l'on tente et l'on se cherche. Transgresser n'est plus pêché, on se rapproche des limites pour se trouver soi, et trouver l'autre. Aucune unité de temps, d'action et de lieu, mais ici se jouent toutes les passions.

Du mardi 28 janvier au dimanche 24 mai, les Champs libres, hall, 10, cours des Alliés, Rennes. Gratuit. Contact : 02 23 40 66 00, contact@leschampslibres.fr, http://www.leschampslibres.fr


Source des données : Infolocale. Pour annoncer vos évènements dans cette base, rendez-vous sur www.infolocale.fr.